Transfixions

Transfixions R Transfixions In Broch Bon Tat, Couv Convenable, Dos Satisfaisant, Int Rieur Frais Pages Classification Dewey XX Me Si Cle

ILS ONT DIT...
"Brigitte Aubert est indéniablement une grande révélation dans le champ du roman policier français. Dans tous ses romans, elle se révèle une impeccable constructrice d'intrigue et fait preuve d'une grande faculté à changer de registre : ce qui lui a valu d'être surnommée très justement par Michel Abescat le « Fregoli du polar »". Jacques Baudou in Le Polar, Guide Totem Larousse, 2001.
"Brigitte Aubert maîtrise avec la même aisance le suspense psychologique et l'art du roman d'aventures, proche de l'espionnage. Mais elle avoue se sentir attirée aussi par la « terreur » et son romantisme. Ses thrillers sont à chaque fois un régal." Claude Mesplède, Les Auteurs de la Série Noire.
"Brigitte Aubert excelle à changer chaque fois de registre, de genre et de thème. Elle ne se cantonne pas mais explore et c'est une des valeurs sûres de la littérature française." Paul Maugendre.
"Brigitte Aubert se shoote à l'émotion et affabule avec délices. Des romans où le plaisir du suspense et des situations affreuses l'emporte sur le cauchemar des personnages. Dans la plus française des traditions anglo-saxonnes." Catherine Argand, Lire.
ELLE A DIT...
"Pendant des années, je me suis sentie en marge du polar français. Je ne traitais pas de sujets sérieux, importants comme l'urbanisme ou le prolétariat. J'ai toujours écrit de purs divertissements.
J'écris sur des thèmes qui ne me concernent en rien. Je ne suis pas visiteuse de prisons et je n'ai jamais vu de ma vie un criminel. Si c'était le cas, je crois que je perdrais mon insouciance et que je me mettrais à raisonner en termes de responsabilité. Je mets en scène des hallucinations plutôt que des idées ou des expériences, voilà mon secret. J'ai de quoi faire d'ailleurs..."
Propos recueillis par Catherine Argand in Lire, mars 1997.
BIOGRAPHIE
Née à Cannes, Brigitte AUBERT obtient une Maîtrise de Droit à la faculté de Nice. Elle travaille dans l'exploitation cinématographique comme programmatrice art et essai à l'U.G.C. Méditerranée. Elle devient scénariste/dialoguiste et productrice pour une maison de courts métrages. Elle a publié plus d'une quinzaine de romans. Elle maîtrise avec la même aisance tous les genres (suspense psychologique, aventure, espionnage, gore, terreur). Elle a obtenu le Grand Prix de Littérature Policière en 1997 pour La Mort des bois. Ses livres sont traduits dans plus de 17 pays. Avec sa complice Gisèle Cavali, elle écrit des romans pour la jeunesse.

Propos recueillis par Brigitte Kernel
Enfance :
"Mes parents étaient exploitants de cinéma à Cannes. C'était une salle unique à l'époque. Toute petite, j'étais dans la salle. J'avais mon tricycle et je pédalais dans le hall pendant des heures. C'était des salles à l'ancienne. C'était très agréable. Je ne voyais pas tous les films parce que j'avais 3 ans. Il y avait une certaine censure mais j'entendais les dialogues, j'ouvrais un peu la porte, je regardais. Je jouais dans le cinéma. C'était un terrain de jeu extraordinaire. C'est lié au monde de l'imagination car pendant que je jouais, je me racontais des histoires en liaison avec ce que j'avais vu ou entendu."
L'acte d'écrire :
"J'écris ce que j'ai envie d'écrire au moment où j'ai envie d'écrire. Je ne calibre pas le produit avant. Je me rends compte après qu'il correspond à un certain genre. Au départ, j'ai une idée, j'ai envie d'écrire sur telle ou telle histoire. Ils vont prendre une orientation de style que je ne maîtrise pas au départ. Je ne dis pas que le travail d'écriture c'est rien, je dis que l'état d'esprit du livre, c'est une question d'humeur. J'écris un peu tous les jours (une heure ou deux). Il faut que j'aie le temps d'aller à la plage en plus du boulot. Je dors bien. J'ai une vie très saine. Je n'écris pas la nuit, je ne suis pas torturée, je ne bois pas pendant que j'écris. J'écris tranquillement après je vais à la plage. J'écris l'après-midi, pour mon plaisir. J'ai parfois du mal à écrire parce que j'ai envie d'aller à la plage. Je suis dans mon petit coin, tranquille dans mon bureau. J'écris, je sors toute souriante. Je n'agace personne. Je grignote parfois des pêches quand j'écris."

Propos réunis par Jean-Marie David

Brigitte Aubert est publiée en numérique par le label des éditions Alliage.

➶ Transfixions Gratuit ➬ Auteur Brigitte Aubert – Online-strattera-atomoxetine.info
  • Poche
  • 216 pages
  • Transfixions
  • Brigitte Aubert
  • Français
  • 04 August 2017
  • 2020355116

5 thoughts on “Transfixions

  1. says:

    J ai lu ce roman apr s avoir vu et beaucoup appr ci le film Mauvais Genres de Francis Girod qui en est une adaptation.Il est fr quent que l on soit d u, que l on n aime pas l adaptation cin matographique d une oeuvre litt raire, mais l , pour moi, c est le contraire.Lorsqu la fin du roman, on d couvre quels sont les meurtriers et leurs mobiles, on reste sur sa faim, vraiment une grande disproportion entre le sadisme mis en oeuvre et la personnalit des meurtriers Je ne vais bien s r pas r v ler leurs noms ici, ce qui terait tout int r t la lecture de ce roman policier Il y a plusieurs erreurs et invraisemblances Maeva qui crirait avec son propre sang le d but du nom de son meurtrier r miniscence de l affaire Omar Raddad et le meurtrier qui modifie les lettres pour faire accuser un autre, alors que ce serait si simple de l emp cher de faire cela ou d effacer ces lettres Bo retourne sans difficult s dans l appartement de Maeva, sc ne du crime l auteur semble ignorer que la police met toujours des scell s Dans le film, Bo p n tre dans l appartement sans passer par la porte Lorsque le meurtrier de Maeva et de Louisette est d masqu par Bo, il n est pas livr la police mais simplement assomm par les alli s de Bo, puis rou de coups Totalement invraisemblable Cela signifierait qu il pourrait tuer Bo et ses amis pour viter qu ils ne parlent et pour se venger.

  2. says:

    Commencer un polar de Brigitte Aubert, c est s engager dans une aventure loin des sentiers battus dans des univers tr s diff rents chaque roman Si certains regrettent q une Fred Vargas ne se renouvelle part, avec Aubert ils sont bien servis , Transfixion plonge dans l univers transexuel et des questions d identification sexuelle.L existence de Bo rime avec calvaire et d rive Seul Johnny parvient lui apporter une lueur d espoir Lorsque ses amies prostitu es tombent une une sous les coups d un fendoir, Bo demeure au point central de cet abattage tel point qu il elle devra faire front, mener son enqu te pour ne pas devenir la victime ou la coupable id ale.L auteur reprend le th me de la cassure psychique pour construire un personnage attachant dans un degr de d sespoir extr me Les dialogues nerveux et parfois cyniques donnent dynamisme Elle fait vivre des univers m pris s de la prostitution et de la transexualit avec noirceur, humour et humanit sans apitoiement et teinte larmoyante.L intrigue est habilement construite et apr s avoir men le lecteur sur de multiples pistes, le d nouement brutal frappe dans les derni res pages Brigitte Aubert navigue avec adresse dans l h moglobine et le gore sans en faire un talage trop souvent exploit Je lis trop peu les romans cette reine du thriller fran ais, je vais en lire plus A chaque fois que je finis une de ses histoires, je dis bravo.

  3. says:

    Au travers de cette histoire, Brigitte Aubert nous entra ne dans un jeu de massacre dans le monde des prostitu s transsexuels ni ois Pas de pr liminaires, l auteur nous d croche un direct au foie d s les premi res pages en nous emmenant dans dans l univers glauque de Bo , transsexuel masochiste qui voit rapidement toutes ses connaissances se faire assassiner au fendoir viandeDans cet ouvrage, si l intrigue est bien men , les petites pirouettes cr dibles mais faciles permettant sa r solution, dans les derni res pages sont un peu d cevantes En revanche, j ai beaucoup appr ci le style sans concession, direct et cru de l auteur qui emplit son roman de r alisme c urant Mais l o tant de noirceur deviendrait suffocant, Brigitte Aubert sait nous insuffler dose hom opathique quelques moments de d tente, en n oubliant pas de semer de l humour au travers des r pliques de ses personnages Un livre peut tre plus appr ciable pour son style singulier que pour son intrigue qui reste sommes toutes assez classique.Signalons aussi la force de Brigitte Aubert qui au travers de ses nombreux romans est capable de changer, d univers de style, d ambiance une diversit appr ciable dans un genre o le renouvellement et l originalit n est pas forc ment la qualit premi re

  4. says:

    C est ce que je fus lors de ma lectureUn des meilleurs selon moi de Brigitte Aubert,je vais essayer le film adapt du livre mais reste tr s circonspecteTransfixions c est la descente aux enfers avec Bo ,jeune transsexuel.Rien ne nous est pargn ni le sadisme,ni le m pris,ni l horreur,mais le chemin de croix de Bo est d un tel r alisme qu on le suit avec lui,un rien voyeur

  5. says:

    Brigitte Aubert est un cam l on ses histoires se d roulent dans des milieux totalement diff rents dans Transfixions , le milieu de la prostitution et des transsexuels , mais chaque fois, il y a une telle authenticit dans ses descriptions et dans la psychologie de ses personnages qu on adh re compl tement Une tr s bonne surprise

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *